Miguel Ballumbrosio

Né en 1976 à Ica (Pérou). Miguel est le numéro 11 parmi ses 15 frères et soeurs, tous musiciens et/ou danseurs. Son père, Amador, est reconnu comme un des ambassadeur de la culture Afro péruvienne, et sa maison est un lieu de pelerinage pour tous les passionnés de cette culture.
Depuis l'âge de 4 ans il pratique le «zapateo», claquettes traditionnelles afro-péruviennes, et dirige tous les ans à Noël les danses consacrées à l'enfant Jésus, en tant que «caporal» (chef des danseurs). À l'âge de 14 ans, Miguel prend déjà part aux tournées internationales avec le rockeur péruvien «Miki Gonzales». A 17 ans il habite à Lima et joue avec de nombreuses formations afro-péruviennes et groupes de fusion. En 2002 il part en France et avec le groupe «Milenio» avec qui il enregistre le CD «Viento y ausencia». Des années plus tard il s’installe en Espagne, où il enregistre le CD «Línea de fuga» avec le groupe «Hecho contra el decoro».
Il est un des fondateurs en France, du groupe afro-péruvien «Chinchiví» et co-fondateur du quartet de musique créole «Mistura peruana», qui diffuse le répertoire traditionnel de la côte du Pérou. À Paris il collabore avec le percussionniste argentin Minino Garay au sein des groupes "Les Tambours du Sud»et "Frapadingos" , rejoint le «Paris Jazz big band», et la compagnie "Tambor y Canto" à Marseille. Il mène des ateliers de fabrication d'instruments de percussion, il est professeur de percussions et danses Afro-péruviennes, et donne des conférences sur la culture noire Afro-Andine du Pérou
Chaque année il retourne avec sa famille dans son village natal El Carmen pour prendre part aux festivités afin de transmettre et maintenir vivaces les traditions que leur père Amador Ballumbrosio leur a laissées en héritage. Il y créé le «Centre Culturel Amador Ballumbrosio», avec une succursale à Paris : «l’association culturelle Amador Ballumbrosio» qui diffuse et protège la culture afro-andine du Pérou.

Géographie :